PRENDRE EN CHARGE LA DERMATITE ATOPIQUE

Connaître les causes et les symptômes aide à gérer les troubles de la dermatite atopique

Également connue sous le nom d’« eczéma atopique » ou « eczéma constitutionnel », c’est la maladie inflammatoire la plus fréquente chez l’enfant, qui concerne 1 enfant sur 5 dans le monde.

La dermatite atopique est une maladie cutanée chronique et récidivante, associée à une prédisposition génétique. Les symptômes persistent sur une longue durée, et la maladie évolue en alternant des poussées (dites phases aiguës) et des périodes d’accalmie.
« Atopique » vient de « atopie », à savoir une prédisposition génétique au développement d’allergies au contact d’éléments environnementaux.
Également connue sous le nom d’« eczéma atopique » ou « eczéma constitutionnel », c’est la maladie inflammatoire la plus fréquente chez l’enfant, qui concerne 1 enfant sur 5 dans le monde.
Elle se manifeste dans la prime enfance, dès les 3 premiers mois de la vie, mais peut se déclarer à l’adolescence ou dans l’enfance et, plus rarement, à l’âge adulte.

Quelles sont les causes de la dermatite atopique ?

Les causes de la dermatite atopique sont diverses et complexes.
La prédisposition génétique joue un rôle essentiel, cependant d'autres facteurs interviennent également ; on les reconnaît comme suit :

  • stress
  • tabagisme (passif ou actif)
  • pollution
  • acariens
  • exposition aux allergènes

En outre, un certain nombre de paramètres environnementaux peuvent aggraver la situation : l'utilisation de produits d’hygiène très moussants, les vêtements en laine ou synthétiques, trop épais ou trop serrés, et les animaux domestiques. 

Rôle de la barrière cutanée

La dermatite atopique est une maladie dont l’anomalie principale est une altération de la barrière cutanée : une structure impliquée dans la défense de la peau et organisée comme un mur.
Lorsque la barrière est altérée, certains composants du mortier lipidique manquent, et les « briques » du « mur » sont désorganisées.
Le tissu cutané ne peut donc plus retenir l’eau qu’il contient ni empêcher le passage de substances potentiellement dangereuses dans les couches les plus profondes de la peau.
Ainsi, la peau se dessèche et se trouve plus exposée aux agressions extérieures.

Symptômes

La dermatite atopique se traduit par l’apparition de plaques rouges, de démangeaisons intenses et d’une peau sèche.
Dans les cas les plus graves, apparaissent également un œdème ainsi que des vésicules laissant de petites érosions et des croûtes.
À la naissance, les lésions s’installent au niveau des joues, du front et autour de la bouche, puis s'étendent aux bras et aux jambes.
Chez l’adolescent, elles se déclarent au niveau des plis des coudes et des genoux, des mains, des pieds ainsi qu’autour des yeux.
Chez l’adulte, elles sont très fréquentes sur le visage et la partie supérieure du thorax.

 

Quels sont les traitements de la dermatite atopique

Consulter un spécialiste, qu’il soit pédiatre ou dermatologue, est indispensable pour déterminer une prise en charge adaptée.
Quels que soient la gravité de la maladie et l’âge du patient, le traitement permet de contrôler les symptômes et de limiter les poussées, même s’il ne guérit pas définitivement de la dermatite atopique.
Les sensations d’inconfort peuvent être diminuées grâce à des soins émollients spécifiques, lesquels sont utilisés en association avec des corticoïdes.
Dans les formes les plus sévères, on a recours aux biomédicaments.
Dans tous les cas, le traitement vise à restaurer la barrière cutanée, car l’anomalie de sa perméabilité est l’un des facteurs déclenchants de la dermatite atopique.

Prise en charge de la dermatite atopique : conseils pratiques

Ce sont quelques précautions à prendre au quotidien qui contribuent à limiter son apparition ou à aggraver les symptômes.

Habillement

Ce que vous portez est déterminant, car les vêtements ont pour effet d’agir sur la peau : ils contribuent à ralentir le dessèchement cutané et atténuer les démangeaisons ou, au contraire, à les accentuer.

  • Éviter les vêtements en laine, en polaire ou en nylon : ils accentuent les démangeaisons et les sensations d’inconfort.
  • Ne pas mettre des vêtements trop serrés : ils augmentent le phénomène de frottement avec la peau déjà irritée.
  • Choisir des tissus doux et souples : le coton et la soie limitent les frottements, permettent à la peau de respirer et absorbent la transpiration.
  • Faire la lessive en utilisant des produits détergents doux et sans adoucissants.

À la maison

Nos maisons recèlent de véritables dangers pour les peaux atopiques. Voici ce à quoi il faut faire attention.

  • Éliminer les sources d'allergènes, telles que les jouets en peluche, les tapis, les rideaux en tissu épais et la moquette.
  • Éviter les oreillers en plumes et les matelas en laine.
  • Utiliser uniquement des draps en coton, les changer toutes les semaines et les laver à 60°.
  • Se servir de taies d’oreiller et de protège-matelas en tissu anti-acarien.
  • Passer régulièrement l’aspirateur (de préférence avec un filtre HEPA). 
  • Aérer les chambres tous les jours.
  • Ne pas surchauffer les pièces en hiver : maximum 20°.
  • Ne pas fumer !

Hygiène personnelle

  • Préférer les douches aux bains.
  • Se laver à l’eau tiède (37°) : la chaleur favorise le dessèchement de la peau, donc les démangeaisons et les altérations cutanées.
  • Le bain ne doit pas durer plus de 10 minutes.
  • Ne pas utiliser d’éponges : elles retiennent la saleté et les microbes.
  • Sécher la peau délicatement avec des serviettes douces en la tamponnant sans frotter.
  • Appliquer l’émollient après la toilette sur une peau humide.

Rôle des cosmétiques

Pour soigner une peau à tendance atopique, chaque jour compte. L'usage de produits cosmétiques adaptés, formulés pour protéger et restaurer la barrière cutanée, aide à réduire et à surmonter les sensations de gêne occasionnées.

Quel type de nettoyant faut-il utiliser ?

  • Sans tensio-actifs à haut pouvoir détergent.
  • Sans conservateurs à risque d’allergie, sans parfums ou nickel.
  • Au pH physiologique (5,0-5,5).
  • De préférence non moussant ou peu moussant.
  • Des nettoyants huileux, car ils apportent des lipides et calment les démangeaisons ; il est conseillé d’alterner de temps à autre avec un nettoyant classique.

 

Des soins cosmétiques apaisants spécifiques appliqués plusieurs fois par jour, en cas d'irritations, sont bénéfiques.
Mais, il est fortement recommandé d’utiliser un bon traitement émollient :

  • À base de lipides épidermiques fondamentaux dont la peau atopique est dépourvue (céramides, cholestérol et acides gras).
  • Sans parfums.
  • Sans substances irritantes.

 

Les informations communiquées ne constituent pas un avis médical. Les contenus sont uniquement fournis à titre indicatif et ne remplacent pas l’avis d’un professionnel.

Vous pourriez être intéressé

Peau irritée

APAISER LA PEAU IRRITÉE

Rougeurs cutanées : causes et manifestations Une peau sujette aux rougeurs peut figurer parmi les symptômes de certaines maladies dermatologiques : Dermatite atopique Dermatite de contact : allergique ou irritante Allergie Psoriasis Acné...

Psoriasis

COMBATTRE LE PSORIASIS

Le psoriasis se caractérise par une activation anormale du système immunitaire qui altère le cycle de maturation des cellules épidermiques, associée à la libération de certains médiateurs inflammatoires. Les manifestations...

Hydratation

HYDRATER LA PEAU DU CORPS

Comment choisir une crème hydratante pour le corps Afin de protéger l’équilibre de l’épiderme, une crème hydratante pour le corps doit agir en qualité de « réparateur de barrière cutanée...