POURQUOI LA DERMATITE ATOPIQUE S'AGGRAVE-T-ELLE EN HIVER ?

Ceux qui souffrent de dermatite atopique savent déjà que leurs symptômes peuvent s'aggraver en hiver.

En effet, l’étiologie de la dermatite atopique est multifactorielle, ce qui signifie qu’elle est le résultat d’une interaction entre des facteurs génétiques, immunitaires et environnementaux.

Les facteurs environnementaux en particulier semblent jouer un rôle fondamental, ce qui laisse entrevoir que la prévalence de la dermatite atopique a considérablement augmenté au cours des cinquante dernières années, avec des différences notables d’un continent à l’autre.

Dermatite atopique et changements de saison

On ignore encore clairement quels sont les facteurs environnementaux qui aggravent la dermatite atopique et ceux qui lui sont favorables.

Cependant, il a été constaté que les écarts de températures caractéristiques des changements de saison conduisent à une aggravation de ses symptômes. Ceci se vérifie lors du passage du printemps à l'été et de l'automne à l'hiver.

À l’approche de l’hiver, de nombreuses personnes atteintes de dermatite atopique peuvent observer une aggravation de leurs symptômes.

La peau du visage ou des mains, soumise au froid et au vent, se déshydrate plus facilement.
Si, pour une peau saine, il en résulte une légère sécheresse cutanée, une accentuation de la pathologie s’observe dans le cas d’une peau qui présente déjà un dysfonctionnement de la barrière cutanée (comme la peau atopique).

En outre, le visage, notamment les joues et les mains, est plus exposé que d'autres parties du corps. C’est pourquoi votre peau peut révéler une aggravation de la maladie.

Attention à la température de votre habitation !

La météo n’est pas l’unique facteur : l’environnement domestique ou professionnel joue un rôle majeur sur l’évolution de la dermatite atopique, pendant les mois d’hiver.

Le chauffage tend, en effet, à créer un environnement sec qui ne convient pas aux peaux à tendance atopique.
Dans certains cas, surtout chez les enfants qui jouent et se déplacent beaucoup dans la maison, il favorise la transpiration qui, probablement par son pH acide, aggrave les sensations de démangeaison désagréables typiques de l’eczéma.

Il est donc bon de maintenir une température peu élevée à la maison.

L’habillement est très important : il est préférable de porter des tissus, tels que le coton, qui favorisent une bonne régulation de la transpiration.

Il faut éviter tout contact direct avec des tissus synthétiques et en laine, dont les fibres peuvent irriter davantage la peau.

Gestion de la dermatite atopique : en hiver, renforcez votre routine cosmétique

Outre ces précautions, nous rappelons l’importance des soins à apporter à sa peau, précisément en période hivernale, en utilisant des produits spécialement formulés pour les peaux à tendance atopique.

Selon les directives internationales, les cosmétiques recommandés sont :

  • riches en céramides, cholestérol et acides gras ;
  • sans parfum ;
  • sans substances potentiellement sensibilisantes.

Le soin cosmétique constitue un adjuvant au traitement médicamenteux (le cas échéant), contribuant ainsi à améliorer l’hydratation et l’état de la peau.
C’est la raison pour laquelle vous devez consulter votre médecin de famille ou votre dermatologue qui vous indiquera les meilleures stratégies à adopter.

 

BIBLIOGRAPHIE :

Kantor and J.I. Silverberg. Environmental risk factors and their role in the management of atopic dermatitis. Expert Rev Clin Immunol (2017) 13(1):15-26.

A.B. Fleischer. Atopic dermatitis: the relationship to temperature and seasonality in the United States. Int J Dermatol (2019) 58:465-471.