PEAU HYPERRÉACTIVE : LORSQUE LA BARRIÈRE ÉPIDERMIQUE S’AFFAIBLIT

En contact direct avec l’environnement extérieur, la peau peut parfois être confrontée à des conditions défavorables, et se montrer particulièrement intolérante et réactive aux différents stimuli auxquels elle est exposée.

Dans ces cas, on parle de « peau hyperréactive » : la peau réagit de manière excessive au contact d'éléments physiques extérieurs (comme les changements de température, le vent, le froid, certains produits dermocosmétiques, ou des tissus synthétiques) qui sont généralement bien tolérés.

En outre, elle peut perdre ses capacités de défense et devenir particulièrement réactive, donc sensible, même dans des situations de stress psychologique important ou de fortes émotions.

Comment reconnaître une peau hyperréactive

L’hyperréactivité cutanée implique une altération transitoire de la structure « ciment et briques » qui composent la barrière épidermique et, par conséquent, la manifestation d’un inconfort cutané, tel que des :

  • picotements,
  • fourmillements,
  • sensations de tiraillement.

Ces irritations sont parfois associées à des signes visibles, tels que des rougeurs, une sécheresse ou une légère desquamation.

Généralement, l’hyperréactivité cutanée est réversible, lorsque la cause déclenchante est écartée. Cependant, elle peut résulter d’une intolérance ou d’une allergie à une substance donnée, dès lors que la peau et l’organisme sont dans un état de sensibilité particulière.

Comment redonner un équilibre à sa peau

Il est important d’aider la barrière épidermique à rétablir un milieu équilibré pour les « briques » qui la composent. Ceci passe avant tout par un nettoyage doux, en affinité avec la peau et sans substances irritantes, comme les parfums ou les tensio-actifs.

Par ailleurs, en présence d’une hyperréactivité cutanée, le choix de produits cosmétiques adaptés est fondamental. Les émollients aident à réparer la barrière épidermique, hydratent et adoucissent la peau, afin de la rendre saine et forte.

BIBLIOGRAPHIE

  1. Duarte I, Almeida FA, Proença NG. Excited skin syndrome. Am J Contact Dermat. 1996 Mar;7(1):24-34.
  2. Schliemann S, Breternitz M, Elsner P. Handbook of cosmetic science and technology. 4 Ed. 

 

Les informations communiquées ne constituent pas un avis médical. Les contenus sont uniquement fournis à titre indicatif et ne remplacent pas l’avis d’un professionnel.